Claudie Ollivier

Comédienne, Metteur en scène, Directrice d’acteurs

 

Passionnée de danse, Claudie Ollivier s’épanouit aussi sur les planches théâtrales… En se formant auprès d’Alessandro Arici, avec qui elle joue Roméo Et Juliette, Cyrano de Bergerac et Per L’amor di lei. Puis, en intégrant l‘École Internationale de Théâtre Jacques Lecoq à Paris où elle poursuit une recherche corporelle et d’improvisation.

Son bagage initial en poche, elle part jouer 5 ans en Nouvelle-Calédonie ! Spectacles visuels, textes classiques d’Europe et Contemporains du Pacifique, en salle beaucoup, en tribu, souvent. Claudie enchaine les créations avec Pacifique et Compagnie , Les Kidams, Cie Calédo-folies, et la Cie Nez à Nez, en Nouvelle Calédonie et ses îles alentours. Son expérience s’enrichit, l’histoire se poursuit !

Claudie Ollivier
Claudie

Dès son retour en métropole, elle se nourrit auprès d’Ariane Mnouchkine et de Jean-Pierre Wenzel, tisse des liens avec différentes Cies de théâtre ou de conte auxquelles elle propose son regard. Claudie Ollivier se voit ainsi confier la mise en scène de plusieurs créations aussi hétéroclites qu’innovantes : Comme des flèches vivantes avec la Cie Gazibul. Piste d’Élans, concert-spectacle de Madeline Fouquet. Pêcheurs de rêves d’Anne-Sophie Péron (Cie La Fleur qui rit). Duo pour les Petiots de la Cie du passage. Juste une cachette ? de Madeline Fouquet.

Elle n’en délaisse pas pour autant la scène, jouant dans les Duos de Conteuses de la Cie du Passage, dans Mystérieux Visiteurs de Madeline Fouquet, dans de nombreux théâtres-forum avec la Cie Alter Ego comme dans Juste une cachette ? de Madeline Fouquet.

Elle participe en 2012 à la création de l’antenne française (et blésoise) de la Cie BODOBODÓ production avec Madeline Fouquet, elle y apporte ses talents d’interprète et de metteur en scène.

La Duchesse / © A.Afchain
Langage commun ?

Claudie Ollivier, disciple de Lecoq et Madeline Fouquet, disciple de Philipe Gaulier (lui-même élève puis bras droit de Lecoq), forment une équipe artistique complémentaire : l’une apporte la rigueur du travail du corps et de l’énergie, l’autre apporte le plaisir du jeu, le rythme et l’urgence du partage. Ce qui explique aussi les nombreux regards extérieurs de Claudie sur les spectacles de Madeline (Boulevard du Crime, Libération à Blois, Piste d’Élans Version Route’s…)

On dit souvent que les élèves de Lecoq sont les bons élèves de la classe,
et ceux de Gaulier, les mauvais élèves…

…les premiers étant ceux du mouvement et les deuxièmes, ceux du clown et du bouffon !
Rien de mieux que de puiser dans les deux pour y trouver un équilibre.

3 réponses à “Claudie Ollivier”

  1. vincent IMHOFF le

    Nous avons eu le privilège de voir et d’écouter votre spectacle vendredi dernier à Rou-Marson et nous avons été subjugué tant par le texte que par les jeux de scènes.
    mille mercis

    Répondre

  2. MAKA STEEV le

    salut ma copine… ça fait longtemps que je te cherches… je vois que l’histoire continue… j’espère qu’on se croisera encore dans ce monde de malade… mais j’aimerais bien rejouer avec toi… je t’embrasse et bonne continuation…
    Steev Maka L

    Répondre

  3. Nicolas le

    Bonjour Claudie,

    Merci pour cet agréable échange d’hier midi, dans un lieu pourtant bien simple (celui d’une cantine de collège à Château-Renault !). J’ai pris beaucoup de plaisir à discuter avec toi des arts du théâtre, de son environnement : cela m’a bien changé de l’hermétisme des théorèmes ou des équations ! Merci pour cet entracte culturel et j’espère à bientôt…
    Nicolas (prof’ de math en herbe)

    Répondre

Si vous souhaitez me laisser un message…