La Dueña

Quelques mois auparavant, je n’aurais pas freiné sèchement au moment de dépasser cet arbre. Enfin, ce qu’il en reste : un tronc. Bouche ouverte criante vers le ciel, gouffre rond, profond, terre d’un autre monde. Je m’en approche, enthousiaste ! Hier, Chêne royal, aujourd’hui, trou bancal – l’antre de cet éclopé cacherait-il quelque mystère ? (…) Pour la suite, lire ci-dessous…

Le Texte intégral : cliquez sur l’encadré et zoomez à 200%

Une fois le voyage finit vous aurez certainement compris pourquoi je vous ai proposé le texte seul en premier, et non la version originelle : avec texte et images de la vraie Dueña !-) Si vous souhaitez,  refaire le voyage avec les images (le son sera intérieur… quasi là !) : cliquez sur le 2e encadré, ci-dessous. Attention, si vous sentez que votre pouls s’emballe trop, si vous n’êtes pas aficionado du suspens, des polars ni des films à sensations… sautez l’encadré (saut de chat ou de biche, aux choix !-).

=> Entre-nous, je crois au fait que les mots et l’imaginaire sont plus forts que les images car ils nous font aller plus en profondeur, jusque dans les détails… Nous les habillons de notre sensibilité (peur, passion, etc.), de nos représentations… Je pense donc que découvrir la version originale du texte (mots et photos) devrait être relax’ pour un grand nombre d’entre nous !-) Surtout que c’est petit, ces choses là, voyons !

Bonne lecture illustrée ! Zoomez à 200%…

.

Où débusquer la vraie Dueña ?

Dans la forêt de Vaugarni. Celle-ci borde un magnifique lieu de création et de représentation : le Théâtre Grange de Vaugarni, chez Serge et Catherine. Le tronc se trouve sur votre gauche, quelques 200m après la Motte moyenâgeuse (dans votre dos), juste après l’intersection (vous prenez à gauche en étant discret car en haut de l’arbre qui précède le Tronc de la Dueña, gronde un joli nid de guêpe !-)

En 2017, la Cie a déjà été accueillie à Vaugarni deux fois (avril et juin) : une puis deux semaines. Les recherches y ont été fructueuses et l’inspiration, très riche ! Merci encore Catherine et Serge (!), votre Cabaret est génial ! Je m’en  suis fait un bureau de luxe de quasi 100m2, pas mal, non ?! ( Ici leur Page Fb). Nous y retournons en décembre pour une Sortie de Fabrique pour des scolaires.


Maintenant à vous de jouer…

Si vous croisez des troncs creux, toquez donc « à la Sauterelle » et voyez qui vous répond… Respirez profondément, changez vos yeux, vos appréhensions… Les mots ne vous ont-ils pas tout dit ?! Elle n’est pas méchante !-)


Suivez la créa. c'est la Cour d'en face !-)Suivre la Cour de Créa n’est pas compliqué ! Venez…
=> dans notre Bistro !
=> dans notre Cour de Créa. directement !
=> sur notre Page Fb : Cie BODOBODÓ Production France !

 

2 réponses à “La Dueña”

  1. Girard MC le

    Est-ce que ça peut servir de thérapie aux arachnophobes? Texte et photos superbes. Talentueuse et tendre, toujours… mais pas pour les sauterelles. Terrible loi de dame Nature.

    Répondre

    • Madeline le

      Merci beaucoup pour ce commentaire et pour la « rencontre », épistolaire certes, mais osée avec La Dueña !-)

      Oui, effectivement, le fait de découvrir une bête qui fait peur peut largement influer positivement sur cette appréhension et l’amoindrir petit à petit. Par ex. la comédienne, Claudie, qui est/était arachnophobe est désormais capable de les regarder, de s’en approcher… L’aranéologue Christine Rollard prend très au sérieux les phobiques des araignées, elle propose même des séances (efficaces !) pour atténuer leur phobie.

      En fait, c’est comme tout : l’inconnu (plus que les 8 pattes) fait peur. Or c’est en découvrant l’autre qu’on va comprendre comment il fonctionne. Des mots s’invitent alors dans nos têtes, des explications, des images, ses besoins, son histoire va prendre sens… (même celle d’une bêbête) Et la magie opère : on se détend, on comprend et surtout, notre œil n’a plus l’inconnu face à lui. Ça change tout !

      Bon, de là à nous faire adorer l’autre, pas forcément, mais un lien existe. C’est le plus important !

      L’Être humain a tendance à vivre coupé de ce précieux lien à Dame Nature… C’est tout le problème. (…)

      À bientôt MC et des grosses Bises !-)

      Répondre

Laissez un commentaire à Madeline

Cliquez ici pour annuler la réponse.